Rechercher dans ce blog

vendredi 13 novembre 2009

13 novembre 2009

Devant lui, il y avait une boule et un coquelicot.
Il s'est précipité sur la boule, sans voir le coquelicot.
Il a  fait rouler la boule, l'a prise en main, l'a regardée.
Il a encore fait rouler la boule, l'a reprise en main et l'a regardée à nouveau.
Sous un nouvel angle.
Comme il s'agissait d'une boule parfaite, il voyait à chaque fois la même chose.
Après avoir reproduit ce jeu de nombreuses fois, il a pris conscience de l'existence du coquelicot.
Il ne l'a même pas regardé. Il l'a cueilli.
Il l'a coupé de ses racines.
Deux minutes à peine, après, le coquelicot était fané et flétri.
Depuis, il n'a cessé de voir toujours la même chose.




Je range mon frigo. J'ai oublié de manger les fraises achetées dimanche dernier sur la Batte. Mais avais-je vraiment envie de fraises? Ou seulement du sourire du jeune vendeur?





La haine, aussi bien que l'amour, sont un mystère ... surtout l'amour. La haine est bien trop ordinaire.


A quoi reconnaît-on un ami? Notamment au fait qu'il prend de vos nouvelles après une absence, une défaillance. On est alors  surpris de découvrir que ceux qui se présentent ne sont pas ceux que l'on attendait. Miss Piggy et Miss Dax avaient trop de paillettes dans les yeux ... Le plus sage est de les laisser jouer entre elles désormais. Jouer. Le jeu. Avec soi. Avec l'autre. Avec les autres. Puisque leur mode d'existence ne sera décidément jamais le mien. Je ne dis pas qu'un est meilleur que l'autre, je dis qu'ils sont différents. De toute façon, tous les jeux m'ont toujours profondément ennuyé, déjà à l'école maternelle.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.