Rechercher dans ce blog

lundi 30 novembre 2009

27 novembre 2009

Dans son blog, mon ami JPR aborde le débat sur l'identité nationale, qui fait grand bruit en France.

Il y a, dans cette inquiétante expression, deux mots: "identité" et "nationale".

Je vais encore délivrer, en vain, des idées à contre-courant. Ou des réflexions simplistes sur ces mots et leur juxtaposition. On sait combien pourtant des universitaires peuvent y trouver  l'occasion de noircir des centaines de pages et occuper des temps d'antenne ... Un peu comme à propos de la laïcité.

National.

Cela veut dire notamment des flamands de nationalité belge qui voudraient être plus flamands que belges, parce qu'à leurs yeux existe une nation (une identité) flamande non reconnue. Des français, qui se sentent plus français que d'autres, et supportent mal que de "vrais français" soient mélangés avec "d'autres français" dans une même nation. Tel est le débat! Un débat d'une grande hauteur de vue, comme vous voyez. Certains dirigeants, au lieu de rehausser le débat, plongent dans ces revendications médiocres par pur opportunisme, à moins que ce ne soit par pure bêtise.

Identité.

J'ai une carte d'identité, avec un numéro qui me fiche dans un registre national. Elle dit, entre autres, mon nom, mes prénoms, mon sexe, ma date de naissance. Elle montre ma photo. Et elle atteste, dans mon cas, que je suis belge, compte tenu des lois sur la nationalité. Jusqu'à présent, elle ne précise pas encore ma religion, ni mon orientation sexuelle, ni mes (bonnes ou moins bonnes) fréquentations!

Exprime-t-elle mon identité? Evidemment non. Je vais vous l'avouer: je suis né en Principauté de Liège, d'un père dont les origines doivent se situer dans le nord de la France et dont la famille a essaimé au Québec (il y a énormément de dénommés Parent au Québec); d'une mère de souche flamande, mais venant d'une bonne ville de la Principauté et, pour partie, d'un village germanophone de l'Est de la Belgique actuelle, pour l'autre. A voir le type physique de certains membres de ma famille: des espagnols de la soldatesque du temps d'Albert et Isabelle ont dû passer par là. Et, pas de chance, mes deux fils sont nés au Brésil de parents qui, de toute évidence, n'étaient pas des nazis planqués.

Bref, une fois de plus, certains feraient mieux de se taire. Si on doit me mettre dans un avion pour subversion, pour quelle destination sera-ce?

Et si on devait rattacher à la France la Région wallonne, la Communauté française de Belgique, la Région bruxelloise, la Communauté germanophone, le Palais de Laeken et la reine Fabiola ... je deviens quoi, moi? A quelle catégorie de français appartiendrai-je? Les purs ou les autres? Je deviendrais français de nationalité? d'identité? Et dire qu'on a créé une Europe à 27!

Le général de Gaulle aurait dit ceci, s'il l'a dit, c'est plutôt bien dit: "Il y a deux catégories de français: ceux qui disent qu'il y a deux catégories de français et les autres".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.