Rechercher dans ce blog

vendredi 3 février 2012

Information ou publicité ?


Mon quotidien, depuis bientôt quarante ans, est de lire le matin La libre Belgique, journal qui est ainsi devenu mon quotidien. Une tradition familiale. Un moment à moi avant toutes les autres choses de la journée.

En quarante ans, mon quotidien a bien changé. Il publie de plus en plus souvent des articles copyright Libération … or,  Libé était mon deuxième quotidien de référence. Je pensais équilibrer ainsi par une pensée plus à gauche les articles de mon quotidien plus à droite. Etais-je naïf ?

Mon abonnement à La Libre Belgique me donne droit à plusieurs suppléments : La Libre Culture, La Libre entreprise, Momento, Immo, Arts.

Depuis quelque temps se faufile, de temps en temps, dans ces suppléments habituels, un Supplément juridique, le plus souvent consacré à la fiscalité ou à la gestion du patrimoine.

Je ne sais pas si tous les lecteurs ont lu comme moi le bandeau, à peu près illisible, figurant en première page : «  Supplément gratuit à La Libre Belgique réalisé par la Régie générale de publicité ». Ils auraient dû.

Que trouve-t-on dans le dernier supplément de ce type du 28 janvier 2012, consacré à la fiscalité ?

Le compte-rendu d’une table-ronde entre divers intervenants, avec le ministre chargé de la lutte contre la fraude fiscale et sociale, puis quelques articles de fond purement informatifs.

Un lecteur un peu attentif - j’espère n’avoir pas été le seul - aura remarqué qu’un article informatif lui est proposé en page de gauche par un expert, tandis qu’en page de droite figurent toutes les coordonnées du cabinet auquel il appartient.

La table-ronde, autour du secrétaire d’Etat chargé de la lutte contre la fraude fiscale et sociale, apparaît un peu comme l’alibi dans ce supplément. On y apprend des choses. Mais il suffit de lire les propos des différents intervenants pour voir qu’il n’y a guère d’opposants à une pensée unique, même si le tout est enrobé pour rendre les choses crédibles.

Ce n’est en rien de l’information. Au pire, c’est de la manipulation. Au mieux, c’est de la publicité pour quelques cabinets d’affaires. Il paraît que c’est autorisé aujourd’hui.


Je m'étonne particulièrement de voir figurer, dans ces pages publicitaires, des figures du monde académique qu'on interroge parfois, comme expert neutre. N'y a-t-il pas là une malencontreuse confusion des genres ?

Que mon quotidien d’information se rende coupable d’une telle compromission me dégoûte profondément, ce n’est pas ce que j’attends de lui et d’autres comme moi sans doute. Mon abonnement en dépend.

Bientôt peut-être un supplément gratuit à La Libre Belgique, réalisé par la Régie Générale de Publicité, sur les problèmes de surpoids, commençant par une table-ronde, puis des articles de fond rédigés par différents médecins, spécialistes des régimes, avec en page de droite leurs coordonnées … ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.