Rechercher dans ce blog

dimanche 18 septembre 2011

Les paroles qui interpellent

Cette semaine, j'ai enfin décidé de consacrer du temps à d'autres, pour le plaisir de la rencontre et du partage. J'en témoigne : contrairement à ce que je m'étais mis à croire, je ne suis pas encore tout à fait prêt pour vivre en ermite.

Quelques propos échangés m'ont interpelé profondément. Je vais tenter de les rapporter le plus fidèlement possible. Je ne citerai pas mes sources, pour respecter la confidentialité, et ne les commenterai pas davantage. Peut-être rejoindront-ils d'autres que moi ? C'est la seule raison que j'ai de les publier.

* Dans les relations affectives et de couple, l'homme est souvent passif et un peu lâche, alors que la femme est plutôt radicale, voire "jusqu'au-boutiste". On peut, paraît-il, constater cela lors des procédures en divorce.

* Tu dois arriver à te défaire, à te libérer, de ton passé, celui-ci est encore une entrave à ton bonheur.

* Es-tu prêt à penser un peu plus à toi et un peu moins à ceux dont tu crois qu'ils ne sont pas capables de se passer de toi ?

* Tu ne devrais pas renoncer à toujours plus de choses en invoquant ton âge ou ta mauvaise santé. Tu ne dois pas te résigner.

* Pourquoi dis-tu que tomber amoureux n'est plus pour toi ?

Comment ne pas penser en parallèle à :

 " Une seule chose te manque : va, ce que tu as, vends-le, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor dans le ciel ; puis, viens, suis moi " (Mc, 10, 21).

" Pars de ton pays, de ta famille et de la maison de ton père vers le pays que je te ferai voir " (Gn, 12, 1).

Et puis ce legs de mon extraordinaire grand-mère : "Ne vous inquiétez de rien, mais en toute chose faites connaître vos demandes à Dieu par la prière et vos supplications, accompagnées d'actions de grâces ; et que la paix de Dieu qui surpasse tout sentiment, garde vos coeurs et vos pensées dans le Christ" (Ep, 4, 1-7).  Et cette déclaration intime : "Il m'a fallu toute une vie pour comprendre ce texte et y adhérer, je te le livre, à toi, mon cher petit Xavier. Que Dieu te donne un coeur qu'aucune ingratitude ne blesse, qu'aucune indifférence ne lasse. Le Seigneur donne à qui donne. Il se donne à qui se donne. Sois généreux ! ". Je ne pouvais pas vraiment comprendre à cette époque (1980). Je comprends un peu mieux aujourd'hui.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.